Un lien de causalité à double sens

Un sommeil perturbé précède les symptômes d’Alzheimer  Abonné

Publié le 14/03/2013

LES TROUBLES DU SOMMEIL pourraient être un signe d’alerte sur le risque ultérieur de développer une maladie d’Alzheimer, selon une étude américaine chez des sujets asymptomatiques. Si les troubles du sommeil sont très fréquents une fois la maladie déclarée, le fait de moins bien dormir serait annonciateur d’Alzheimer à un stade précoce. L’association entre les deux serait à double sens : les plaques bêta amyloïdes perturbent le sommeil, et le manque de sommeil favorise la formation des plaques.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte