Diagnostic prénatal non invasif de la trisomie 21

Un premier pas pour les risques intermédiaires

Par
Publié le 29/01/2018
DPNI

DPNI
Crédit photo : PHANIE

En France, le dépistage combiné de la trisomie 21, mis en place depuis 2009, se fonde sur l’âge de la femme, le dosage des marqueurs sériques et la mesure échographique de la clarté nucale entre la 11e et la 13e semaine d’aménorrhée (SA). Lorsque le risque calculé est supérieur à 1/250 (4,06 % des cas), un prélèvement invasif est proposé afin de réaliser le caryotype fœtal, geste qui s’accompagne d’un risque de fausse couche chez une femme sur 900. En outre, ce test, qui a certes constitué un progrès lors de sa mise en place, a une valeur prédictive faible.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)