Réalisé par Pfizer en partenariat avec la SFC

Un observatoire national sur la prise en charge de l'infarctus  Abonné

Publié le 25/02/2007

GRÂCE À une amélioration de la prise en charge initiale, liée notamment à la généralisation des techniques de reperfusion précoce, le pronostic de l'infarctus s'est amélioré au cours du temps. Il est désormais possible d'éviter, dans la plupart des cas, une détérioration sérieuse de la fonction ventriculaire gauche. Néanmoins, il persiste une part non négligeable de patients qui présenteront, au décours de l'infarctus, une insuffisance cardiaque de pronostic beaucoup plus défavorable, à court comme à long terme.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte