Un nouveau-né anglais devient le plus jeune donneur d’organes pour un adulte

Publié le 24/04/2015

Un nouveau-né atteint d’une anencéphalie est devenu « le plus jeune donneur d’organes au Royaume-Uni » en offrant ses reins à un adulte, quelques heures après sa naissance, a annoncé jeudi le National Health Service (NHS), le service public de santé britannique. L’histoire remonte à 2013, Jess Evans et Mike Houston, un couple de Cardiff, attendent des jumeaux mais à la douzième semaine de grossesse, les médecins diagnostiquent chez Teddy, l’un des bébés, une anencéphalie.

Un avortement thérapeutique est proposé à la mère. Mais les parents « voulaient voir s’il y avait une chance pour que Teddy devienne donneur d’organes », raconte le « Daily Mirror », un tabloïd anglais qui les a interrogés. « On leur a dit que ce n’était pas possible. Teddy était trop jeune, ses organes étaient trop petits, mais Mike et Jess étaient déterminés », a expliqué au « Mirror », le Dr Paul Murphy, chef de clinique de la branche du NHS chargée des dons d’organes et transplantations. Quatre jours avant la naissance, les médecins ont appelé trois centres pour voir s’ils pourraient être en mesure d’utiliser les organes de Teddy. Deux ont décliné l’offre, mais un, à Leeds, a déclaré qu’il était « très intéressé ».

Le 22 avril 2014, l’enfant décède 100 minutes après l’accouchement à l’hôpital universitaire du Pays de Galles, son frère jumeau est, lui, en bonne santé. Une équipe spécialisée a effectué le prélèvement des reins et des valves cardiaques. Les reins de Teddy mesuraient 3,8 cm, révèle le tabloïd. Un adulte souffrant d’une pathologie rénale a alors bénéficié alors d’une greffe de reins. « Jusqu’à une période relativement récente, il n’y avait pas de dons (d’organes) de bébé de moins de deux mois », a expliqué dans au « Mirror » le chirurgien qui a effectué l’opération, Niaz Ahmad. « Mais il existe des preuves montrant que de nombreux organes de bébés peuvent être transplantés avec succès chez des enfants et des adultes », a-t-il ajouté. « Nous voulons que l’histoire de Teddy inspire les autres et aide à briser les tabous », a déclaré le père.

S. M.

Source : lequotidiendumedecin.fr