Cancer du poumon non à petites cellules métastatique

Un inhibiteur de l'ALK de troisième génération homologué sous condition

Par
Karelle Goutorbe -
Publié le 23/05/2019
cancer poumon

cancer poumon
Crédit photo : phanie

Inhibiteur sélectif et compétitif de l’adénosine triphosphate (ATP) des tyrosines kinases de l’ALK et de c-ros oncogène 1 (ROS1), lorlatinib vient de se voir octroyer début mai une AMM conditionnelle, en monothérapie, chez les patients atteints de cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) avancé ALK-positif, dont la maladie a progressé après alectinib ou céritinib comme premier traitement par inhibiteur de tyrosine kinase (ITK) ALK ; ou crizitinib et au moins un autre ITK-ALK.

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article

Déjà inscrit ?