Un généraliste retraité pétitionne pour faire la peau aux dépassements d'honoraires

Par Anne Bayle-Iniguez
Publié le 08/02/2019
- Mis à jour le 15/07/2019
Dr Bernard Coadou

Dr Bernard Coadou
Crédit photo : DR

La lutte pour l'accès aux soins est l'un des chevaux de bataille du Dr Bernard Coadou (également engagé dans un combat contre l'Ordre des médecins).  

Le généraliste retraité girondin refait parler de lui en publiant une pétition en ligne, signée ce vendredi par près de 3 000 personnes, pour supprimer les « taxes santé scandaleuses » que sont à ses yeux les dépassements d'honoraires de ses confrères. 

Après avoir fondé une association ad hoc (La santé un droit pour tous) et réalisé un manuel de résistance aux compléments d'honoraires à l'intention des patients, le Dr Coadou remonte au front avec les mêmes arguments. Les dépassements tarifaires seraient parmi les grands responsables du renoncement aux soins, « durable ou transitoire pour raison financière » des Français, phénomène qui « atteint plus d'un quart de nos concitoyens de France », rappelle le généraliste. 

Il souhaite « par la présente pétition interpeller les différents responsables […] avec une pensée particulière pour Mme Agnès Buzyn, ministre de la Santé et des Solidarités ». « Étonnamment, soutient-il, depuis 19 mois, elle nous parle régulièrement d’accès aux soins pour tous mais reste muette dans ce dossier… Et "tape en touche" quand nous la sollicitons. »

Le Dr Coadou réclame aux autorités sanitaires la suppression pure et simple des dépassements d'honoraires, « cette taxation de nos parcours de santé qui devient un authentique problème de santé publique ». Il réclame en corollaire la création d'un secteur conventionnel unique pour les médecins, « pratiquant des tarifs clairement annoncés et remboursés, qui gardent la liberté de se situer hors convention s’ils le souhaitent. Ceci mettra fin à la véritable usine à gaz tarifaire actuelle ».

Prétentions financières

En attendant, il invite les « dépasseurs » à « préciser publiquement leurs prétentions financières ». Selon la CNAM, les dépassements d'honoraires représentent 2,6 milliards d'euros en valeur (dopés par la hausse du nombre de spécialistes et l'augmentation de leur activité) mais « chaque année, le taux [moyen] de dépassement [qui mesure le montant total des dépassements rapporté au montant total des honoraires remboursables] se réduit », précisait à l'automne dernier Nicolas Revel, le patron de la Sécu.  

La proportion des médecins généralistes qui pratiquent des dépassements en ville est limitée de 8,7 % en 2015. Un pourcentage régression, rappelle la Cour des comptes dans son rapport 2017 sur l'assurance-maladie, puisqu'il était de 16 % en 1985. Les « sages » se montraient plus inquiets sur l'impact des dépassements des spécialistes.  

Fin 2017, quelque 15 000 médecins (toutes spécialités) ont par ailleurs signé un contrat de modération tarifaire (OPTAM ou OPTAM-CO) soit, d'après la CNAM, « plus de 45 % des médecins de secteur II éligibles »


Source : lequotidiendumedecin.fr