Un gène de tolérance à l’allogreffe rénale

Publié le 17/12/2012
1355754495398242_IMG_95950_HR.jpg

1355754495398242_IMG_95950_HR.jpg
Crédit photo : S. Toubon

Le gène PARVG pourrait constituer un biomarqueur de tolérance à la greffe rénale et permettre d’adapter le traitement immunosuppresseur des patients greffés.

Les travaux coordonnés par de Sophie Brouard (Unité INSERM 1064, Centre de recherche transplantation et immunologie) qui ont permis d’obtenir ce résultat sont partis d’une population ayant une tolérance opérationnelle à allogreffe rénale, c’est-à-dire d’une population qui, pour différentes raisons, a arrêté son traitement immunosuppresseur, mais garde une fonction rénale stable.

L’équipe a étudié le génome de 164 individus receveurs d’un greffon rénal dont 11 patients étaient tolérants, 36 avaient un rejet chronique humoral prouvé et 116 étaient stables (fonction rénale stable et minime immunosuppression). Les personnes naturellement tolérantes à un greffon expriment 49 gènes dans les cellules sanguines par rapport aux patients transplantés.

« Il s’agit d’une empreinte de tolérance », a expliqué Sophie Brouard. Par le biais de la transcryptomique, les chercheurs se sont intéressés aux gènes qui sont différentiellement exprimés.

Les auteurs ont ainsi constaté que l’un des gènes étudiés, le PARVG, présentait des variations de séquences génomiques d’une personne à l’autre et que l’une de ces variations était retrouvée dans 60 % des cas chez les personnes tolérantes à la greffe contre seulement 28 % chez les autres. Le gène en question joue un rôle dans l’adhésion cellulaire, l’organisation du cytosquelette et est exprimé dans les cellules de la lignée myéloïde et lymphoïde et également dans l’activation T anticorps-dépendante. Il est nécessaire d’avoir une confirmation par une étude plus large.

Cette étude ouvre de nouvelles perspectives dans les études de tolérance.

D’après un communiqué de l’INSERM et Danger et coll. PARBVG gene polymorphism and operationnal renal allograft tolerance. Transplantation Proceedings. novembre 2012.

 Dr A. T.-M.

Source : lequotidiendumedecin.fr