Cancers de la prostate

Un gain de deux ans sans évolution de la maladie sous darolutamide

Par
Dr Maia Bovard Gouffrant -
Publié le 11/03/2019
cancer prostate

cancer prostate
Crédit photo : Phanie

Dans les cancers de la prostate traités localement et par castration chimique, l'échappement à l'hormonothérapie posait un grave dilemme devant une rechute purement biologique avec remontée du PSA, alors que ni la clinique ni l'imagerie (scanner thoraco-abdomino-pelvien et scintigraphie osseuse) ne montraient de progression de la maladie. Ce qui amenait, en l'absence de stratégie définie, à attendre l'apparition des métastases pour proposer des traitements certes efficaces mais au prix d'un lourd stress psychologique.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)