Un colloque sur les rétrotransposons

Un début d'explication aux diversités neuronales

Publié le 28/03/2007

MALGRE des recherches intensives au cours des dernières années, des mystères subsistent sur la formation et le fonctionnement du cerveau humain. La découverte que seule une infime partie de notre ADN (environ 5 %) correspond réellement aux gènes reste une grande énigme de la biologie. On a baptisé le reste « ADN poubelle ou parasite » car ne servant à rien. En fait, il semble qu'une partie de cet ADN, dit inutile, notamment les rétrotransposons ou gènes sauteurs, pourrait avoir un impact important sur le fonctionnement du cerveau par le biais d'une fonction de régulation.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?