Un chirurgien suspendu pour avoir enlevé un rein sain

Publié le 22/03/2012

L’Agence régionale de santé (ARS) a annoncé qu’un chirurgien a été suspendu pour cinq mois après avoir enlevé par erreur un rein sain à une patiente opérée dans une clinique privée de Strasbourg. Le médecin officiant à la clinique Sainte-Anne. Le directeur général de l’ARS a estimé que le praticien exposait ses patients « à un danger grave », a expliqué une porte-parole de l’ARS, confirmant une information du quotidien « Les Dernières Nouvelles d’Alsace » (DNA). Le 13 mai, le chirurgien a effectué « une néphrectomie pour une tumeur. Il y a eu une erreur de côté ayant conduit à l’ablation du rein sain », a précisé l’ARS, qui a été avertie de l’incident le jour même. L’agence a aussitôt lancé une mission d’inspection « pour faire le point sur le déroulement des événements », conduisant à la suspension immédiate du médecin pour une durée maximale de cinq mois. Dans un entretien, le médecin suspendu reconnaît sa responsabilité expliquant son erreur par de « mauvaises informations dans le dossier » de la patiente et « l’absence de radio le jour de l’opération. » Le chirurgien explique dans le DNA : « Je n’ai pas rattrapé un enchaînement, une cascade d’événements, répète le Dr G. Mais je ne me cache de rien du tout, je suis responsable de l’opération, la principale erreur est l’absence de radio le jour de l’opération. » Le chirurgien a déjà été impliqué dans une erreur médicale lors d’une opération ayant coûté la vie à un jeune homme de 18 ans dans un hôpital de Reims. Lors de son arrivée à la clinique strasbourgeoise en mai 2010, ses collègues avaient émis un avis unanimement défavorable à son intégration en raison de cette affaire, a indiqué l’ARS à l’AFP. Le chirurgien peut faire appel de sa suspension devant le tribunal administratif. La chambre disciplinaire du Conseil de l’ordre des médecins du Bas-Rhin devra se prononcer dans les cinq mois sur d’éventuelles sanctions.

 Dr L. A. (avec AFP)

Source : lequotidiendumedecin.fr