Physiopathologie du syndrome de Prader-Willi

Un bon modèle d'étude de la succession anorexie-boulimie-obésité  Abonné

Par
Publié le 27/03/2017

Maladie génétique rare, une naissance/20000, le syndrome de Prader-Willi (SPW) se traduit chez le nouveau-né par une hypotonie et des troubles de la succion-déglutition, avant que n'apparaissent vers l 'âge de deux ans une obésité avec hyperphagie et troubles de la satiété.

Pendant longtemps mal explicitée, la physiopathologie du SPW est aujourd'hui mieux comprise grâce aux travaux réalisés ces dernières années qui reposent sur une meilleure connaissance de l’histoire naturelle de la maladie et une description fine en particulier du phénotype précoce.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte