Au cours de la coïnfection VIH-VHC

Un antiviral sans toxicité hépatique à l'essai  Abonné

Publié le 11/07/2007

TRENTE POUR CENT des personnes séropositives pour le VIH sont infectées par le VHC. La proximité des modes de transmission de ces deux affections, en particulier la voie sanguine, explique la fréquence élevée de la coïnfection. Si l'impact de l'infection par le VHC sur celle par le VIH, quoique probable, semble limité, en revanche le VIH accélère l'évolution de l'hépatite. La sévérité de la coïnfection VIH-VHC est liée à une évolution plus rapide de la fibrose hépatique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte