Un anti-EGFR de 3e génération en première ligne  Abonné

Par
Karelle Goutorbe -
Publié le 26/11/2018

En France, les 12% de patients atteints de cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) et porteurs  d'une mutation activatrice du récepteur du facteur de croissance épidermique (EGFR) peuvent bénéficier depuis peu d'une nouvelle option thérapeutique. En effet, le 8 juin dernier, l'osimertinib (Tagrisso) a reçu son autorisation européenne de mise sur le marché, en monothérapie, pour le traitement en première ligne de ces patients. Inhibiteur irréversible de la tyrosine kinase de troisième génération, il inhibe sélectivement les mutations de l'EGFR et la mutation T790M.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte