Un accord préalable nécessaire.  Abonné

Publié le 17/12/2015

Au terme de l’étude IMPROVE-IT, l’ézétimibe devrait pouvoir être envisagée dans les circonstances où le risque cardio-vasculaire reste élevé chez les patients sous statine malgré l’utilisation d’une dose maximale ou en cas d’intolérance. Les suites d’un syndrome coronaire aigu constituent une telle circonstance.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte