Trafic de médicaments au Bénin : 6 ans de prison ferme pour un député

Publié le 07/11/2018
- Mis à jour le 15/07/2019

Un tribunal de Cotonou a condamné mardi le député d'opposition Mohamed Atao Hinnouho à six ans de prison ferme et à payer plusieurs milliards de francs CFA, pour avoir importé de manière frauduleuse des médicaments au Bénin.

Le juge de la première chambre correctionnelle, Rodolphe Azo, a condamné le député à 76 mois de détention pour s'être opposé à la perquisition de son domicile et pour fraude douanière liée à l’importation de marchandise prohibée. Pour les infractions cumulées, il a été condamné à 3 milliards de francs CFA (4,5 millions d'euros) d'amende et dommages et intérêts. Le juge l'a toutefois relaxé pour une autre accusation : violences portées contre un agent en uniforme.

Me Aboubakar Baparapé, un des avocats du député, a dénoncé « un procès politico-judiciaire » et a promis qu’il ferait appel. Mohamed Atao Hinnouho, qui est en détention depuis mai 2018, était l’une des chevilles ouvrières au Bénin de New Cesamex, un laboratoire pharmaceutique basé en République démocratique du Congo. 

D’importants stocks de médicaments ont été saisis à son domicile et certains de ses collaborateurs ont été poursuivis pour « trafic et vente illicite de médicaments ».

Le Bénin a la réputation – avec son grand voisin nigérian – d'être la plaque tournante du commerce illicite des médicaments en Afrique de l'Ouest. Les faux médicaments ou médicaments importés de manière illégale circulent notamment en passant par le port de Cotonou. 

Le gouvernement du président Patrice Talon, élu en 2016, a décidé de combattre ce fléau, qui tue près de 100 000 personnes chaque année en Afrique sub-saharienne, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). 

Des dizaines de tonnes de faux médicaments ou de médicaments qui échappent à la commercialisation officielle ont été saisis et des dizaines de personnes arrêtées au Bénin.

 

(Avec AFP)

Source : lequotidiendumedecin.fr