Tiers payant : le président Hollande promet aux médecins de faire simple

Publié le 05/01/2015
Hollande

Hollande
Crédit photo : France Inter

Invité de France Inter ce lundi matin, François Hollande a dit comprendre les inquiétudes des médecins au sujet de la généralisation du tiers-payant, l’un des motifs du mouvement de grève en cours, et concédé qu’il faudrait être « plus simples », « plus efficaces » dans le traitement des demandes de remboursement.

« Je comprends les médecins qui disent qu’il ne faut pas que ce soit compliqué. C’est toujours la même chose, il ne faut pas que ce soit compliqué et il ne faut pas qu’on soit remboursé à la Saint-Glinglin. Ils ont parfaitement raison, les médecins, il faut qu’on puisse être capables d’être beaucoup plus simples, beaucoup plus efficaces, beaucoup plus rapides mais c’est quand même une avancée », a déclaré le président sur France Inter.

Après une semaine de fermeture des cabinets, du 23 au 31 décembre, les libéraux maintiennent la pression sur le gouvernement pour obtenir le retrait ou la réécriture de la loi de santé.

Guérilla administrative

Plusieurs syndicats appellent à une nouvelle fermeture des cabinets, lundi et mardi (LE BLOC, SML) ou seulement mardi (MG France), et à une grève administrative visant à engorger les services d’assurance-maladie, par exemple en ne prenant pas la carte vitale des patients.

Dans un communiqué, la CSMF invite les libéraux à envoyer par voie postale tous les formulaires aux caisses, à utiliser « une feuille de soins papier à chaque fois que le montant de l’honoraire, déconnecté de la valeur du service rendu, ne sera pas un obstacle aux soins », afin de ne pas pénaliser les patients.

D’autres actions « "coup de poing" spectaculaires en direction des ARS et de caisses » sont annoncées par la confédération. FMF, SML, MG France et l’Union Française pour une médecine libre appellent eux-aussi à une guérilla administrative.

Interrogé par Europe 1 ce lundi matin, le Dr Jean-Paul Hamon rappelle qu'il « n’est pas question de pénaliser les patients économiquement faibles. Il suffira de prendre une carte Vitale sur deux pour emboliser la Sécurité Sociale ! ».

Pour le président de la FMF, « il y a un vrai problème Marisol Touraine : on a rarement rencontré un tel cas de surdité, de dogmatisme. Ce n’est pas acceptable de balader les médecins qui ont fait grève entre le 23 et le 31 décembre, qui s’apprêtent à reprendre les feuilles de soin papier, à l’expliquer à leurs patients… Vous ne croyez pas qu’on a autre chose à faire ? ».

S. L. (avec AFP)

Source : lequotidiendumedecin.fr