Technologies médicales : le déploiement de la télécardiologie menacé, selon les fabricants

Publié le 22/01/2013
1358845290403651_IMG_97346_HR.jpg

1358845290403651_IMG_97346_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

Le Syndicat national de l’industrie des technologies médicales (SNITEM) se déclare « abasourdi » par la volonté des autorités de modifier la prise en charge des systèmes de télésurveillance des défibrillateurs cardiaques implantables (DCI). Selon lui, « le conseil de l’hospitalisation (une instance du ministère de la Santé) s’apprête à rendre un avis de radiation de la liste en sus des systèmes de télésurveillance pour DCI, et à les inclure dans les forfaits hospitaliers au 1er mars 2013 ».

Aucune urgence

Pour le SNITEM, « une telle radiation apparaît incompatible avec la volonté de développer la télémédecine dans notre pays, la télécardiologie étant en France une des applications les plus développées ». Le syndicat ajoute que l’arrêt de la prise en charge spécifique de ces systèmes de télésurveillance constituerait un frein à leur déploiement, alors que la pratique n’est pas encore stabilisée.

Pour le SNITEM, « il n’y a aucune urgence à procéder à une telle radiation ». Le syndicat demande au gouvernement de surseoir à cette décision jusqu’à la publication par la HAS (prévue cette année) d’un avis sur le service attendu d’une prestation technique de télésurveillance pour les DCI.

 H.S.R.

Source : lequotidiendumedecin.fr