Tarifs insuffisants, patients mal éduqués, SAMU hégémonique : les libéraux à l’offensive sur la PDS

Publié le 13/02/2014
1392310397497883_IMG_122791_HR.jpg

1392310397497883_IMG_122791_HR.jpg
Crédit photo : S TOUBON

La mission d’information sur l’organisation de la permanence des soins a poursuivi ce jeudi ses auditions à l’Assemblée nationale avec les représentants des principaux syndicats de médecins libéraux (MG France, CSMF, SML, FMF), reçus tous en même temps.

Dans un climat apaisé, les leaders syndicaux ont avancé des propositions se voulant constructives, se refusant à dramatiser la situation de la PDS ambulatoire (PDS-A), et rappelant surtout les acquis historiques et irréversibles du mouvement de grève de 2002 (volontariat, régulation libérale, rémunération forfaitaire des astreintes). « Douze ans après, on a 30 000 généralistes engagés dans les gardes », a ainsi salué le Dr Claude Leicher, président de MG France, une façon de couper court aux critiques actuelles sur la démobilisation supposée du secteur libéral.

« La PDS-A fonctionne plutôt bien depuis cette révolte du terrain », a assuré aussi le Dr Luc Duquesnel, président de l’UNOF (généralistes de la CSMF), et artisan d’une organisation des gardes efficace en Mayenne. Pour le SML, la PDS a « démontré son efficacité aussi bien dans les territoires ruraux qu’urbains ».

Des volontaires « bien payés, régulés et accompagnés »

Interrogés dans le cadre de cette mission parlementaire (qui rendra un rapport complet au mois d’octobre), les libéraux ont avancé quelques idées fortes, certes pas toujours neuves.

Rappelant que la PDS peut être source « d’épuisement professionnel » pour des médecins qui travaillent déjà 55 à 70 heures par semaine, le Dr Jean-Paul Hamon, chef de file de la FMF, a mis l’accent sur la nécessité « d’éduquer la population au bon usage de la visite à domicile, des urgences, de l’hôpital » mais aussi de revaloriser parallèlement les tarifs des médecins régulateurs et effecteurs. « Si on veut des médecins volontaires en nuit profonde, il faut qu’ils soient bien payés, régulés et accompagnés », a-t-il résumé.

Il a également expliqué que les maisons médicales de garde (MMG) qui sont placées dans l’hôpital (ou juste à côté) ne pouvaient pas fonctionner sans une réforme du mode de financement et de l’accès aux urgences.

Après avoir regretté les « attaques incessantes » contre les praticiens libéraux (venant de SAMU de France notamment), le Dr Duquesnel (UNOF-CSMF) a défendu le principe des organisations départementales de PDS-A, c’est-à-dire au plus près des besoins du terrain, sachant qu’« il n’y a pas de modèle unique ». Pour gommer les inégalités de financement selon les régions (il existe par exemple des écarts de 70 % de rémunération des médecins régulateurs libéraux), il a souhaité que la PDS revienne dans le giron conventionnel.

Autre mesure forte réitérée par plusieurs responsables : la reconnaissance du numéro unique national 33 33 pour identifier enfin clairement la permanence des soins des libéraux. « Vous, législateur, nous refusez toujours ce numéro unique, sans doute parce que vous être plus sensibles aux arguments de SAMU de France » a taclé le patron de MG France devant les rares députés présents.

« L’hôpital, lumière allumée pour les papillons »...

Le Dr Roger Rua (SML) a plaidé lui aussi pour une réforme de l’accès à l’hôpital qui agit aujourd’hui « comme une lumière allumée dans la nuit pour les papillons », autrement dit qui accueille des patients qui n’ont rien à y faire. « On ne peut plus laisser les urgences hospitalières sans aucun filtre ni régulation à l’entrée », s’est-il agacé. « Aujourd’hui, il n’y a aucune pédagogie, les patients font tout et n’importe quoi, or la PDS ambulatoire s’inscrit dans l’ensemble de l’offre de soins. »

Dénonçant la volonté « hégémonique » des SAMU-Centres 15 sur ce dossier (suspectés de vouloir centraliser toute la régulation libérale), il a appelé de ses vœux une campagne grand public pour sensibiliser la population aux différents modes de recours aux soins. Son slogan ? « Les urgences, c’est pas automatique ! »

Cyrille Dupuis

Source : lequotidiendumedecin.fr