Suivi gynéco : des généralistes et sages-femmes blogueuses s’affichent pour rappeler leurs compétences

Publié le 10/09/2014
1410273683542390_IMG_135340_HR.jpg

1410273683542390_IMG_135340_HR.jpg
Crédit photo : DR

« Mon dernier frottis ? Oh ben, ça remonte à la naissance du dernier… Donc ça fait bien trois ans, je dirais. Il faut que je prenne rendez-vous chez un gynéco » ?

« J’ai découvert que j’étais enceinte mais je n’ai pas de rendez-vous de gynéco avant quatre mois. Comment on va faire pour le suivi ? »

C’est à l’écoute de ses propos de patientes que le Docteur Gécé, « femme médecin généraliste, remplaçante, à la campagne » et blogueuse émérite, réalise que nombre de femmes ne savent pas que le gynécologue n’est pas le seul professionnel à pouvoir répondre à leurs attentes en matière de contraception, grossesse et suivi gynécologique. C’est aussi le cas du médecin généraliste et de la sage-femme.

Réduire les délais « hallucinants » de prise en charge gynécologique

Discipline en tension, la gynécologie médicale manque de praticiens, spécialement en zone rurale. A la vision de patientes confrontées à des retards récurrents de prise en charge, le Docteur Gécé creuse ses méninges et mobilise, comme à l’accoutumée, les professionnels de santé blogueurs.

Le résultat est une affiche à télécharger en ligne et à placarder dans la salle d’attente, dessinée par Gélule, conseils pris auprès de la sage-femme Dix lunes et de la médecin généraliste Farfadoc.

Pourquoi cette affiche ? Humble, le Docteur Gécé écrit : « Peut-être que ça permettrait aux gynécologues de ne plus avoir des délais hallucinants. Surtout quand moi, je ne sais plus faire parce que ça devient compliqué et que, là, j’aurais bien besoin qu’ils voient mes patientes. Et avant six mois. Peut-être que ça permettrait aux médecins généralistes et aux sages-femmes qui aiment ça et qui le font bien de jouer un rôle actif dans ce suivi de leurs patientes. Et surtout, peut-être que ça permettrait aux femmes d’avoir une prise en charge adaptée à leurs besoins. Au moment où elles en ont besoin. »

A.B.-I.

Source : lequotidiendumedecin.fr