Stationnement : ulcéré de payer des PV en visite, un généraliste lyonnais écrit à Collomb 

Par
Anne Bayle-Iniguez -
Publié le 23/01/2019
PV

PV
Crédit photo : S. Toubon

Le Dr Marcel Garrigou-Grandchamp est un habitué bien malgré lui des papillons.

Ce généraliste lyonnais de 65 ans, élu FMF de l'URPS Auvergne-Rhône-Alpes, a écopé d'un nouveau procès-verbal de 35 euros le 9 janvier, à 12H07. Dans une lettre adressée quelques jours plus tard à Gérard Collomb, maire de sa ville, le médecin en exercice depuis 37 ans donne sa version des faits. Cette amende, explique-t-il, lui a été administrée alors qu'il était en visite « au domicile d'un patient dont le handicap l'empêche de se déplacer ».

La gratuité du stationnement des professionnels de santé est un sujet récurrent de polémique entre les élus et les médecins, partout en France. Dans sa missive, le Dr Garrigou-Granchamp tourne en dérision la politique de stationnement de Lyon. « Améliorer la rotation des véhicules (à la recherche d'un stationnement) et ainsi, en réduisant la circulation, améliorer la qualité de l'air » ? « Mais un professionnel reste rarement plus de 30 minutes chez un patient ! », réplique le médecin. 

Le Dr Garrigou-Granchamp interpelle aussi l'édile sur les tarifs « préférentiels » dont les « sociétés de dépannage urgents et les professionnels de santé intervenant au domicile des patients » bénéficient. À l’évidence, ce rapprochement entre les deux mondes ne plaît guère au médecin : « Ce n'est pas dans une posture de supériorité, mais d'une part le service rendu à la population n'est pas le même, et d'autre part, à la différence des sociétés commerciales, le professionnel de santé conventionné ne peut répercuter le montant du stationnement dans ses honoraires. »

Véhicule ventouse

Le Dr Garrigou-Grandchamp a fait ce mercredi – pour le principe – sa demande d'exonération de paiement de son PV mais il le sait : « il va falloir céder et prendre leur abonnement ». Ce tarif préférentiel pour les professionnels de santé est un abonnement annuel de 240 euros ou 120 euros pour les médecins qui effectuent au moins 120 visites à domicile par an. Le Dr Garrigou-Grandchamp en fait 350, et « ce ne sont pas des visites de confort ! », précise-t-il au « Quotidien ». « Ce sont des patients polyhandicapés, qui ne peuvent pas bouger. Les voir me prend une heure trajet compris et me rapporte 35 euros. Ce n'est déjà pas une activité rentable alors si la mairie s'y met… Mon successeur m'a d'ailleurs prévenu qu'il ne fera pas de domicile! » 

Le généraliste ne comprend pas que la mairie juge que la gratuité du stationnement pour les médecins est un « privilège » du passé. « Le médecin généraliste participe au service public. Je ne vois pas pourquoi il devrait dans le cadre de cette mission s'acquitter d'un paiement », argumente-t-il. Le praticien estime aussi que la mairie « met dans le même sac » les voitures des praticiens en visite et « les véhicules ventouses des confrères qui n'ont pas de garage et stationnent 24 heures sur 24 dans la rue ».

Les prochaines élections municipales sont en 2020. Une échéance que le Dr Garrigou-Grandchamp attend avec impatience : « On va faire de la pub à Gérard Collomb ! Je crois que notre maire a oublié que les médecins connaissent beaucoup beaucoup de gens…»

 

 

 


Source : lequotidiendumedecin.fr