Sondage : les Français s’estiment inégaux en matière de santé

Publié le 03/11/2011
1320340911296094_IMG_70811_HR.jpg

1320340911296094_IMG_70811_HR.jpg
Crédit photo : afp

La fondation April santé équitable et l’institut de sondages LH2 ont révélé les chiffres de leur premier baromètre de l’équité en santé. Selon cette étude menée auprès de 1 000 personnes (méthode des quotas), les Français s’estiment inégaux en matière de santé. Ils sont ainsi 70 % à penser que nous n’avons pas tous les mêmes chances d’être et de se maintenir en bonne forme. En cause : les conditions de travail (74 %), les revenus (71 %) et le lieu d’habitation (63 %).

Malgré les inégalités de santé perçues, les Français sont attachés au système de protection sociale en général et au maintien d’une médecine de proximité. La proposition de « privilégier la qualité générale de la prise en charge des malades au sein d’établissements de grande taille plutôt que de maintenir des petits établissements de proximité » est rejetée par 72 % des personnes interrogées.

Quand on évoque leur propre responsabilité dans le déficit de l’Assurance-maladie, les Français se montrent circonspects. Ils sont 46 % à estimer... « être un peu à l’origine du déficit de la Sécurité sociale », loin devant l’État (20 %), les laboratoires (18 %) ou encore les médecins (6 %).

Interrogés sur les actions à mener pour réduire ce déficit, les Français privilégient l’attention à l’alimentation et l’hygiène de vie (82 %), puis la réduction de leur consommation médicale (78 %) et une baisse du nombre de consultations (65 %).

Si 52 % des personnes interrogées pensent que le système de soins n’est pas égalitaire, aucun scénario de réforme n’emporte d’adhésion claire. Ils sont néanmoins 76 % à accepter l’idée de « mieux rembourser les personnes les moins consommatrices de soins ». En revanche, 64 % d’entre eux rejettent la proposition de « rembourser moins les personnes qui auraient des comportements dits à risques » (consommation de tabac ou d’alcool). La carotte, oui. Le bâton, non.

 A. B.-I.

Source : lequotidiendumedecin.fr