Selon la CARMF, les revenus des médecins ont plongé de 1 % en 2009

Publié le 29/04/2011
1304093386250425_IMG_59832_HR.jpg

1304093386250425_IMG_59832_HR.jpg
Crédit photo : S. Toubon/«le Quotidien»

La traditionnelle livraison statistique de la Caisse autonome de retraite des médecins de France (CARMF) relative aux bénéfices non commerciaux des médecins libéraux est arrivée en ligne ce vendredi. Elle porte sur l’année 2009.

Peu sujets à caution, ces chiffres font apparaître une diminution « de l’ordre de 1 % » des BNC. Ceci fait suite à un exercice quasi blanc (en 2008, les revenus nets des médecins avaient stagné – à + 0,14 %), lequel intervenait après un cru 2007 exceptionnel (envolée de 9 %).

Précisément, la CARMF calcule que « malgré une inflation quasi nulle pour l’année 2009 à 0,1 %, les revenus des médecins libéraux accusent un recul par rapport à l’année 2008 avec une baisse moyenne de - 1,11 % pour un BNC moyen tous secteurs confondus à 81 141 euros »

Pour les généralistes, dont les revenus nets s’établissent à 68 987 euros, la baisse est de 0,85 % – - 0,99 % pour les seuls secteurs I. Quant aux spécialistes, ils voient leurs revenus (96 804 euros) rétrécir de 1,31 % (- 1,93 % pour les secteurs I). L’année précédente, la baisse s’était déjà amorcée pour les généralistes (- 0,43 %) ; pour les spécialistes, c’est une première.

La CARMF note toutefois que certaines spécialités sont épargnées par la décrue : la médecine interne (revenus en hausse de 2,57 %), la pédiatrie (+ 1,77 %), la cancérologie (+ 1,44 %) et la pneumologie (+ 1,31 %). À l’autre bout du spectre, la médecine nucléaire (avec des revenus en chute libre – - 7 %), l’anatomie cytologie pathologique (- 6,7 %), l’endocrinologie et métabolisme (- 5,72 %) et la médecine physique et de réadaptation (- 4,70 %) sont les plus durement touchés par la baisse.

Les chiffres de la CARMF semblent plus pessimistes que ceux établis pour 2009 sur la base du bilan fiscal des AGA.

 K. P.

Source : lequotidiendumedecin.fr