Sarkozy veut une fondation pour la coopération scientifique

Publié le 10/06/2011
1307721511262736_IMG_62973_HR.jpg

1307721511262736_IMG_62973_HR.jpg
Crédit photo : AFP

S’EXPRIMANT devant une cinquantaine de chercheurs et de représentants d’entreprises du médicament, le chef de l’État a demandé aux ministres compétents de « parachever la création » de cette fondation, en soulignant qu’elle devait « associer des acteurs de la vie quotidienne des Français ».

Ainsi il a lancé à l’adresse de Valérie Pécresse (ministre de la Recherche), Xavier Bertrand (ministre de la Santé), Nora Berra (secrétaire d’État à la Santé) et André Syrota (président de l’Alliance des sciences de la vie et de la santé, Aviesan, et P-DG de l’INSERM) : « Au cours des prochains mois, je compte sur vous pour rassembler ces énergies, ces bonnes volontés au service de la santé de nos concitoyens. » Nicolas Sarkozy a précisé que la structure qu’il appelle de ses vœux ne devrait pas se « substituer aux fondations en cours de création dans les universités autonomes » et ne devait pas « ajouter une couche de complexité à un dispositif que nous voulons au contraire simplifier ».

Fédérer les bonnes volontés.

Selon lui, la fondation vise à « simplifier le paysage » et à « remplacer les innombrables groupements d’intérêt scientifique créés au fil des années. »

Évoquant les maladies infectieuses, thème de la 3e édition des Rencontres, il a assuré que la France tiendrait ses promesses d’aide au Fonds mondial de lutte contre le sida et d’engagement budgétaire en faveur de recherche. « La crise ralentit la croissance et nos recettes fiscales mais pas les épidémies. Il n’y a donc aucune raison de baisser la garde », a-t-il assuré.

Les 3es rencontres de Recherche biomédicale, initiées en 2009 par le LIR (Laboratoires internationaux de recherche) étaient organisées cette année par l’Alliance de recherche et l’innovation des industries de santé (ARIIS) et l’Alliance pour les sciences de la vie et de la santé. Le Pr Jean-François Delfraissy, directeur de l’Agence nationale de recherches sur le sida et les hépatites, a invité une quinzaine de chercheurs à présenter leurs atouts. Une rencontre saluée par le LIR, qui regroupe une dizaine d’entreprises : « Au cours de cette journée, les industriels ont découvert des chercheurs français ouverts aux collaborations, prêts à envisager des projets communs de recherche », a souligné le LIR, qui se félicite de l’engagement du chef de l’État.

> Dr LYDIA ARCHIMÈDE

Source : lequotidiendumedecin.fr