Revenus 2012 : la CARMF revoit ses mauvais chiffres à la hausse

Publié le 16/10/2014

La Caisse autonome de retraite des médecins de France (CARMF) actualise des statistiques publiées en avril sur le revenu 2012 des praticien libéraux – cette dernière livraison « prend en compte davantage de revenus déclarés ; elle est donc plus proche des BNC rééllement perçus par les médecins », explique la caisse.

Des bénéfices en baisse de 1,90 %

Globalement, tous secteurs d’exercice confondus et généralistes et spécialistes amalgamés, les bénéfices non commerciaux (BNC) des médecins libéraux conventionnés ont baissé en 2012 de 1,90 % (soit, tout de même,un écart de 0,5 point avec le chiffre du printemps  - 2,4 %).

La baisse, constate la CARMF, « touche presque toutes les spécialités et les secteurs d’exercice », même si « les spécialistes de secteur I sont sensiblement moins touchés (- 1,28 % ) ».

Les gagnants relatifs

En dépit de ces moyennes en berne, la CARMF distingue des spécialités dont le BNC était en hausse en 2012 : la psychiatrie de secteur I (+2,80 %), la pneumologie tous secteurs (+1,25 %), la neurologie de secteur I (+ 2,89 %). Mais la caisse précise que ces « bons chiffres » sont à relativiser : « Comme l’inflation pour l’année 2012 s’est élevée à 1,96 %, les rares hausses de revenus précédemment citées sont très largement minorées, voire annulées, par l’augmentation du coût de la vie. »

Les perdants

À l’autre extrémité du spectre, parmi les plus fortes baisses, la CARMF relève la radiologie-imagerie médicale, la chirurgie et l’anesthésie réanimation qui ont connu « une diminution de leurs revenus de plus de 3 % ».

Elle se veut prudente pour des spécialités comme la gériatrie, l’hématologie, la cancérologie, la biologie qui semblent, dans ses tablettes enregistrer de très fortes variations alors qu’en réalité, les données récoltées par la caisse ne sont pas statistiquement significatives «eu égard aux faibles nombres de BNC connus pour de ces spécialités ».

Au total, la CARMF revoit ses chiffres légèrement à la hausse mais son jugement reste le même qu’en avril : « L’ensemble des médecins a vu ses revenus largement baisser en 2012, après une année 2011 plus favorable, grâce notamment à la hausse de la valeur du "C". »

 

Évolution des BNC 2011/2012 par spécialité
(cliquer sur l'image pour l'agrandir)

capture_decran_2014-10-16_a_14.28.09_0.png


Source : lequotidiendumedecin.fr