Cancer de la prostate non métastatique

Repousser l’évolution de la maladie avec le darolutamide  Abonné

Publié le 04/04/2019

Lorsque les patients atteints d’un cancer de la prostate traité localement et par hormonothérapie échappent à la castration chimique, leur taux de PSA remonte alors que l’évolution de la maladie n’est pas encore visible au scanner ou à la scintigraphie osseuse. Au total, un tiers des patients avec un cancer de la prostate résistant à la castration non métastatique (CPRCnm) développent des métastases au bout de deux ans.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte