Rendez-vous non honorés : la CSMF en campagne pour chasser les lapins

Publié le 09/07/2013
1373373568446915_IMG_108775_HR.jpg

1373373568446915_IMG_108775_HR.jpg
Crédit photo : DR

Une étude de l’Union régionale (URPS) des médecins libéraux de Franche-Comté avait révélé l’ampleur du phénomène. Selon ce travail, environ 500 000 consultations ne sont pas honorées chaque année par les patients auprès des 1 900 praticiens de la région.

Selon une extrapolation de la CSMF au niveau national, ce sont 28 millions de rendez-vous de médecine générale et spécialisée qui sont manqués chaque année « sans que les patients ne prennent seulement la peine de prévenir leur médecin pour annuler ou reporter leur rendez-vous ». « Pour certaines spécialités à faible effectif à qui l’on reproche des délais d’attente importants avant d’obtenir un rendez-vous, cette situation n’est plus acceptable », affirme la CSMF qui a décidé de sensibiliser le public à cette situation pénalisante.

Leçon de savoir-vivre

Dénonçant la « discrétion » des pouvoirs publics et des associations d’usagers sur ce sujet, qui entraîne un manque à gagner pour les praticiens, le syndicat lance une campagne visant à apprendre les bonnes manières aux patients.

Sur l’affiche éditée par la Confédération, téléchargeable gratuitement sur son site Internet, trônent trois chaises vides et un message sans équivoque : « Si vous ne pouvez pas venir à un rendez-vous, prévenez votre médecin ! C’est simple comme un coup de fil ! »

Il y a quelques semaines déjà, l’association « Femme médecin libéral » proposait la rédaction d’une charte qui listerait les devoirs des usagers. L’organisation souhaitait que les patients s’engagent à prévenir de toute annulation de consultation, faute de quoi il leur serait demandé « un supplément d’honoraire lors de la consultation suivante ».

 CHRISTOPHE GATTUSO

Source : lequotidiendumedecin.fr