Réforme territoriale, liberté d’installation, tiers payant, NS : les quatre vérités de l’Ordre

Publié le 04/06/2014
1401888515527446_IMG_131021_HR.jpg

1401888515527446_IMG_131021_HR.jpg
Crédit photo : S. TOUBON

Le président du conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM) n’est pas favorable à ce que la réforme territoriale, décidée par le gouvernement, ait des conséquences directes sur l’architecture ordinale. Invité des « Débats sans tabou » (1), le Dr Patrick Bouet a rappelé que l’institution avait « un fonctionnement territorial » très structuré. « L’Ordre ne lâchera pas sur la proximité, le département est notre échelon de pertinence ».

Interrogé sur la généralisation du tiers payant, Patrick Bouet a réaffirmé que l’Ordre avait fait part aux pouvoirs publics de ses réserves sur le dispositif envisagé. « L’Ordre n’a peur de rien, ne s’interdit rien, et sera présent dans les débats », a-t-il assuré.

La coercition a échoué

La récente prise de position de la FHF sur l’encadrement de la liberté d’installation a aussi fait réagir le président du CNOM. « La FHF ne représente que les établissements, pas les médecins », a-t-il insisté, appelant même de ses vœux un coup d’accélérateur sur les incitations. « La coercition a échoué, les incitations sont parcellaires, il faut une politique globale de l’incitation ».

Questionné également sur le recours à la mention « non substituable » (NS), Patrick Bouet a pris ses distances vis-à-vis des praticiens qui l’apposent systématiquement et empêchent la substitution. « L’Ordre n’accompagne pas ce type de choix, la liberté de prescription, c’est exprimer un choix raisonné. »

Enfin, sur la régulation des dépassements d’honoraires, le patron de l’Ordre a estimé que « c’est une erreur de fixer un plafond car dès lors, les praticiens ont tendance à s’en rapprocher ». En mai 2012 pourtant, sous la présidence du Dr Michel Legmann, l’institution ordinale avait provoqué un choc dans la profession en proposant de limiter les dépassements « à trois ou quatre fois maximum la valeur de l’acte ».

Un nouveau rendez-vous organisé conjointement par « Décision Santé » et le SML, en collaboration avec le « Quotidien »

H.S.R.

Source : lequotidiendumedecin.fr