Réforme de la biologie médicale : un responsable syndical en grève de la faim !

Publié le 15/01/2013

Patrick Lepreux, fondateur de la coordination des « biologistes en colère », devenue au début de l’année le syndicat des biologistes praticiens (Bioprat), commence ce mardi 15 janvier une grève de la faim illimitée, dans son cabinet du 8e arrondissement de Marseille, 10 rue de Cassis.

Par ce geste radical, Patrick Lepreux entend dénoncer la proposition de loi concernant la biologie qui doit entériner (avec quelques modifications issues de la loi Fourcade) l’ordonnance portant réforme de la discipline, datée du 13 janvier 2010 et jamais ratifiée. Cette proposition de loi sera présentée par le sénateur socialiste Jacky Le Menn devant le Sénat en séance publique le 31 janvier.

Contre une industrialisation de la biologie

Patrick Lepreux vilipende en particulier la procédure d’accréditation à laquelle devront se plier tous les laboratoires. D’ici au 31 mai 2013, ils doivent déposer leur dossier auprès de l’organisme de certification le Comité français d’accréditation (COFRAC). C’est la « mise en vente des laboratoires d’analyses médicales au profit des groupes financiers, leur imposant des contraintes industrielles et financières inacceptables et les plaçant sous le contrôle d’un organisme privé », écrit Patrick Lepreux.

Le biologiste marseillais met en garde sur « la mise en péril de plusieurs milliers d’emplois » dans son secteur. Les conséquences sanitaires et sociales seraient désastreuses : déshumanisation des laboratoires, fin des analyses urgentes sur place voire mise en danger des patients.

Moratoire et consultation

Patrick Lepreux demande au gouvernement un moratoire sur la ratification de la réforme, et l’ouverture d’une consultation auprès de tous les biologistes. Au cœur de la réflexion, il souhaite placer la suppression des nouvelles contraintes qui découlent d’un contrôle par le COFRAC, et la mutualisation partielle des moyens entre laboratoires.

Patrick Lepreux sollicite enfin l’ouverture d’une commission d’enquête parlementaire sur les conditions d’élaboration de la réforme, « pensée dans le seul intérêt des groupes financiers ».

 COLINE GARRÉ

Source : lequotidiendumedecin.fr