Radiothérapie : traité du mauvais côté

Publié le 27/05/2011

Un patient atteint d’un cancer du poumon a été traité par radiothérapie du mauvais côté pendant plusieurs dizaines de séances. « C’est une erreur rare et grave. Dans cette affaire, la direction de l’hôpital et l’équipe ne peuvent que reconnaître et assumer » l’erreur, a déclaré le directeur adjoint du centre hospitalier intercommunal de Cornouaille, Yannick Heulot.

Le patient a subi, durant une quarantaine de séances, une irradiation du poumon droit au lieu du gauche avant que l’erreur ne soit découverte lors de l’avant-dernière séance de traitement, fin 2010. Le malade a été pris en charge dans une autre structure spécialisée à Nantes, où « un traitement adapté a été mis en place ». Depuis, les procédures de sécurité ont été améliorées pour adopter « une culture de sécurité comme en aéronautique », a affirmé le président de la commission médicale de l’établissement, le Dr Gilles Méhu. Le praticien a également déclaré que le patient, qui a été averti de l’erreur, était atteint d’une pathologie bilatérale. « Cette double pathologie peut expliquer l’erreur mais ne l’excuse en aucun cas », a-t-il ajouté.

L’incident a été déclaré à l’Agence régionale de santé (ARS) et à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) fin 2010, a précisé Yannick Heulot. Dans son bilan des inspections 2009 réalisé dans les centres de radiothérapie, l’ASN considère que « la situation en radiothérapie est en cours d’amélioration » et que cette évolution positive a été confirmée en 2010. L’inspection des centres de radiothérapie demeure toujours « une priorité » pour l’ASN, « avec une attention particulière en 2011 pour les centres dont la situation reste encore fragile du fait de la faiblesse des effectifs en radiophysique médicale ». L’ASN a également constaté, en 2010, une amélioration de la déclaration des incidents par les centres : 80 % des centres ont fait au moins une déclaration, soit une hausse de 9 % par rapport à 2009.

> S. H.

Source : lequotidiendumedecin.fr