Éditorial

À quel saint du déficit se vouer ?  Abonné

Publié le 12/04/2012

D’un discours l’autre, il est bien difficile, ces derniers temps, de se faire une religion sur la santé de notre assurance-maladie – sans parler du remède à administrer à cette précieuse patiente.

Jusqu’à cette semaine, alors que résonnaient fort les sirènes du MEDEF ou du cabinet de conseil Jalma, le régime courait à sa perte. ALD en croissance exponentielle versus recettes en berne : l’équation était fatale, sauf à procéder à une gigantesque saignée sur les risques couverts.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte