A Toulouse, « le Roi d'Ys », d'Edouard Lalo

Que d'eau !

Publié le 21/10/2007
- Mis à jour le 21/10/2007
1276168487F_Img288468.jpg

1276168487F_Img288468.jpg

POURQUOI A-T-ON si longtemps délaissé ce « Roi d'Ys », oeuvre de maturité d'Edouard Lalo (1823-1892), compositeur sans gloire ni honneurs mais qui a tout de même laissé pour la postérité une « Symphonie espagnole » et des merveilles de musique de chambre ? Et aussi cet opéra tardif créé en 1888 à l'Opéra-Comique, fortement influencé par Wagner et qui est presque un mini-« Lohengrin », mini, car sa concision (deux bonnes heures avec entracte) interdit tout grand développement et lui permet d'aller à l'essentiel sans lasser l'auditeur.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?