Quatre chantiers pour la santé environnementale

Publié le 27/01/2011
1296147828222338_IMG_52927_HR.jpg

1296147828222338_IMG_52927_HR.jpg
Crédit photo : S. TOUBON/«LE QUOTIDIEN »

NATHALIE KOSCIUSKO-MORIZET, ministre de l’Écologie, Didier Houssin, directeur général de la Santé, représentant Xavier Bertrand, et Nora Berra, secrétaire d’État à la Santé, ont présenté les priorités du gouvernement en matière de santé environnementale, à l’occasion de la remise du rapport de suivi du 2e plan national Santé environnement (PNSE2).

* Premier axe, l’amélioration de la qualité de l’air intérieur et extérieur pour faire reculer les affections respiratoires. Un nouvel étiquetage des produits de construction et de décoration sera mis en place. Dix-huit postes de conseiller habitat/santé seront créés pour évaluer les sources allergènes au domicile de patients souffrant de maladies respiratoires. Une campagne de mesure de la qualité de l’air aura lieu dans 150 établissements scolaires dans le courant de l’année et la surveillance de la qualité de l’air deviendra obligatoire dans tous les lieux accueillant des populations sensibles d’ici à 2015. Et six premières zones d’actions prioritaires pour l’air (ZAPA) seront expérimentées dans des villes de plus de 100 000 habitants.

* Deuxième priorité, le développement de la biosurveillance, qui doit permettre une meilleure prévention. La cohorte ELFE, qui sera lancée le 28 mars, suivra 20 000 enfants de la période intra-utérine à l’âge de 20 ans et étudiera notamment l’impact de l’environnement sur le développement, la santé, la socialisation, etc. Une autre étude sera préparée pour être lancée au début de 2012, pour évaluer, sur un échantillon de 5 000 personnes de 6 à 75 ans, l’état d’imprégnation de la population en ce qui concerne des substances telles que métaux, phtalates, PCB, dioxines, pesticides…

Déclaration obligatoire des nanomatériaux.

* La lutte contre la pollution chimique, troisième chantier, vise à mieux encadrer pour réduire les risques émergents. Outre la poursuite de l’évaluation des 3 400 substances chimiques enregistrées depuis novembre 2010, dans le cadre du règlement REACH, la déclaration obligatoire des nanomatériaux sera mise en œuvre. Une initiative inédite en Europe, soulignent les ministres, « et qui donne à la France une longueur d’avance dans l’encadrement de l’utilisation des nanotechnologies ». Est également prévue la définition d’un plan d’actions national sur la réduction des résidus médicamenteux dans l’eau.

* Enfin, en ce qui concerne la lutte contre le bruit, la priorité est donnée à la résorption des points noirs. Des grands travaux sont prévus, auxquels 550 millions seront consacrés d’ici à 2014.

« La surveillance des effets de l’environnement sur la santé est la clé de voûte des politiques de santé publique et de prévention en matière de gestion des risques environnementaux, souligne Xavier Bertrand. Le plan présenté met ainsi en perspective les différents axes stratégiques à développer en 2011, notamment par les Agences régionales de santé. »

RENÉE CARTON

Source : lequotidiendumedecin.fr