Quand des professionnels de santé dérapent franchement  Abonné

Publié le 10/03/2014

Un médecin de Lézardrieux (Côtes d’Armor) a été condamné en janvier à deux ans de prison, dont un an ferme, pour une fraude au préjudice de la CPAM, pour un montant de 51 000 euros. Radié à vie par l’Ordre des médecins en 2013, il multipliait les actes médicaux fictifs. L’avocat des parties civiles a dénoncé au procès « une pratique sciemment organisée, touchant intentionnellement des personnes âgées, fragiles ou précaires qui consultaient peu ou pas leurs feuilles de remboursement ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte