NO dans la défaillance respiratoire aiguë

Pronostic inchangé et risque d'insuffisance rénale majoré

Publié le 01/04/2007
- Mis à jour le 01/04/2007

BIEN QUE l'utilisation du monoxyde d'azote (NO) chez les patients souffrant d'insuffisance respiratoire aiguë ou d'un syndrome de détresse respiratoire aiguë (Sdra) améliore les fonctions respiratoires pendant les premières 24 heures, cette technique ne modifie ni le pronostic clinique ni les paramètres physiologiques respiratoires à moyen terme.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?