Princesses, papillomavirus et IST

Publié le 08/03/2018

Réunir Cendrillon, Blanche-Neige et la Belle au bois dormant (alias la youtubeuse Nad Rich’Hard aux 520 000 abonnés) et les faire discuter HPV pendant cinq minutes : tel est le scénario de la version déjantée des contes Disney, visant à démystifier les papillomavirus chez les jeunes, addicts aux réseaux sociaux et aux vidéos en ligne. Lancée en décembre 2016, la capsule a cumulé près de 500 000 vues depuis.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?