Tampons, coupes menstruelles et risques infectieux

Prévenir le syndrome de choc toxique staphylococcique  Abonné

Publié le 24/06/2019
tampon

tampon
Crédit photo : PHANIE

Les premiers cas de syndrome de choc toxique staphylococcique chez la femme remontent aux années 1980 Aux États-Unis, des études épidémiologiques réalisées auprès de 800 femmes permettent alors de faire le lien entre cette maladie et l'utilisation de tampons composés de polyacrylate.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte