Présidentielle : les candidats expriment à la CSMF leur opposition au secteur optionnel

Publié le 12/04/2012

Nicolas Sarkozy, François Bayrou, François Hollande, Jean-Luc Mélenchon et Eva Joly se sont prêtés au jeu des questions-réponses de la CSMF sur des thématiques aussi diverses que la démographie médicale, les dépassements ou les revalorisations d’honoraires.

La Confédération des syndicats médicaux français note que les candidats à l’élection présidentielle prennent « peu d’engagements en faveur de la médecine libérale », qu’aucun n’envisage de limiter la liberté d’installation et qu’ils se sont « globalement montrés très évasifs sur la revalorisation des spécialités cliniques ».

Sur la réponse à apporter aux dépassements d’honoraires, Jean-Luc Mélenchon, François Hollande, François Bayrou et Eva Joly sont opposés au secteur optionnel défendu par Nicolas Sarkozy. « Alors même que les abus sont le fait de quelques-uns, les dépassements excessifs nuisent par ailleurs à l’image de tous les médecins, y compris ceux qui en pratiquent de manière raisonnable. Il est donc dans l’intérêt de tous de mettre un terme à ces abus », souligne François Hollande qui s’engage à limiter l’installation des praticiens de secteur 2 dans les zones à forte densité médicale.

La CSMF relève qu’« aucun candidat ne retient la proposition confédérale de se saisir du secteur optionnel pour rapprocher, et à terme fusionner les secteurs 1 et 2 ».


Source : lequotidiendumedecin.fr