C'est vous qui le dites

« Prescripteur, hélas, donc dealer… »

Publié le 06/09/2014
vignette commentaires

vignette commentaires

Coup de gueule, avis d’expert, coup de cœur ou témoignage... La rédaction du « Quotidien » distingue chaque semaine un ou plusieurs commentaires, parmi les centaines postés au fil des jours par les lecteurs internautes.

 

La consommation de benzodiazépines poserait un problème de santé publique en France, selon la HAS qui préconise une baisse de leur remboursement. Pas si simple explique ce lecteur du « Quotidien » qui livre avec une pointe d’ironie son expérience de terrain.   

Prescripteur, hélas, donc dealer... en liberté conditionnelle. J’avoue, j'abuse, j’essaie parfois mais sans succès de leur dire : au lieu de vous coucher à 22 heures, résistez par un temps de privation et couchez-vous deux heures plus tard, lisez le soir, coupez l’électronique dans votre chambre, calinez et faites-vous caliner, rien n’y fait, ils réclament comme un droit leur dose.
Mais cela commence tout petit dans ce pays où l’éducation ne se conjugue pas avec gestion de la frustration. Et où effort n’est pas loué. Je ne suis pas contre une réglementation d’abord souple et incitative.

 

Posté le 2 septembre 2014 par le Dr A. N. Voir tous les commentaires sur le sujet : « Benzodiazépines : le collège de la médecine générale et MG France mécontents de l’avis de la HAS »


Source : lequotidiendumedecin.fr