Pr Vincent Renard, Collège national des généralistes enseignants (CNGE)  Abonné

Publié le 10/04/2017

« Tout ce qui contribue à une meilleure information des femmes est bienvenu, encore faut-il que cette information soit transparente, claire et loyale. Or aujourd'hui, l'information n'est pas parfaitement loyale, elle est dramatisée et tronquée, en parlant beaucoup des bénéfices et peu des risques. Le dépistage comporte des bénéfices mais aussi des inconvénients. Même si le rapport bénéfices/risques est plutôt favorable, il varie selon les femmes. La femme doit pouvoir choisir. Il ne faut pas dépister pour dépister, mais dépister pour améliorer la santé de ceux qu'on dépiste ». 

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte