Pr Marie-Rose Moro : « Si la radicalisation n’est pas une pathologie psychiatrique, il se passe bien quelque chose à l’intérieur »

Par
Elsa Bellanger -
Publié le 15/04/2019
Marie-Rose Moro

Marie-Rose Moro
Crédit photo : Didier Goupy

Installé début avril, le Comité scientifique de prévention de la radicalisation (COSPRAD) doit permettre de faciliter le dialogue entre les administrations publiques et les chercheurs en sciences humaines et sociales et ceux des sciences médicales. L’objectif ? Favoriser la prévention et la lutte contre les processus de radicalisation. Le Pr Marie-Rose Moro, pédopsychiatre et membre de ce comité, revient sur les missions de cette nouvelle entité.

LE QUOTIDIEN DU MÉDECIN : Quels sont le rôle et les missions du COSPRAD ?

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)