Pr Marie-Rose Moro : « Si la radicalisation n’est pas une pathologie psychiatrique, il se passe bien quelque chose à l’intérieur »

Par Elsa Bellanger
- Publié le 15/04/2019
- Mis à jour le 15/07/2019
Marie-Rose Moro

Marie-Rose Moro
Crédit photo : Didier Goupy

Installé début avril, le Comité scientifique de prévention de la radicalisation (COSPRAD) doit permettre de faciliter le dialogue entre les administrations publiques et les chercheurs en sciences humaines et sociales et ceux des sciences médicales. L’objectif ? Favoriser la prévention et la lutte contre les processus de radicalisation. Le Pr Marie-Rose Moro, pédopsychiatre et membre de ce comité, revient sur les missions de cette nouvelle entité.

LE QUOTIDIEN DU MÉDECIN : Quels sont le rôle et les missions du COSPRAD ?

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article

Déjà inscrit ?