Pr Alexandre Lapillonne : « Il faut travailler sur des modalités plus raisonnables et humaines »  Abonné

Publié le 17/03/2014
1395022345506059_IMG_125114_HR.jpg

1395022345506059_IMG_125114_HR.jpg
Crédit photo : DR

LE QUOTIDIEN : Quelles avancées a apportée la loi Leonetti dans les services de néonatalogie ?

Pr LAPILLONNE : Cela a donné un cadre législatif sur lequel on peut s’adosser, alors que nous avions des pratiques variables selon les services mais surtout non encadrées par la loi. Le néonatologiste, confronté plusieurs fois par mois à la fin de vie, était dans une situation très inconfortable et était amené à prendre seul des décisions très lourdes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte