LES RENDEZ-VOUS DU QUOTIDIEN - Interruption volontaire de grossesse

Plus souvent médicamenteuse  Abonné

Publié le 09/02/2012
1328753946322136_IMG_77063_HR.jpg

1328753946322136_IMG_77063_HR.jpg

PARADOXE FRANÇAIS et échec de la contraception : le nombre d’interruptions volontaires de grossesse reste à un niveau élevé alors que les méthodes contraceptives disponibles se sont multipliées (anneau vaginal, patch, implants, systèmes intra-utérins). Mais le paradoxe n’est pas seulement hexagonal. « En Suède par exemple, le nombre d’IVG "explose" atteignant 18 pour 1 000 femmes en âge de procréer », indique le Dr Raha Shojai.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte