Permanence des soins en établissement : les hospitaliers veulent participer au débat

Publié le 02/05/2013
1367507615430188_IMG_104439_HR.jpg

1367507615430188_IMG_104439_HR.jpg
Crédit photo : S. TOUBON

Le ministère de la Santé a mis en place une commission sur la permanence des soins en établissement de santé. Seuls les médecins libéraux participent aux travaux de cette commission, aux côtés de l’assurance-maladie et du ministère.

Les hospitaliers n’ont pas été conviés. Ils demandent à intégrer le tour de table. Dans un courrier adressé au directeur de cabinet de Marisol Touraine, la FHF (Fédération hospitalière de France) et les Conférences des directeurs et des présidents de CME rappellent que les hôpitaux publics assument l’essentiel des gardes et astreintes hospitalières (95 % selon leur estimation). Les organisations ajoutent que les mesures décidées avec les libéraux auront « des conséquences directes sur l’organisation des soins et sur les activités du service public ».

La crainte d’une baisse de moyens

L’enjeu est aussi financier. Si les libéraux obtiennent un meilleur paiement de leurs gardes hospitalières (il est question d’harmoniser les revenus perçus par les différentes spécialités), la communauté hospitalière publique craint que cela se traduise par une baisse des moyens accordés à l’hôpital. « Dorénavant, c’est le fonds d’indemnisation régional qui finance l’ensemble de la permanence des soins. Nous ne voudrions pas qu’une revalorisation de la PDS en établissement assurée par les libéraux se fasse au détriment des autres acteurs concernés », note le délégué général de la FHF, Gérard Vincent.

D. CH.

Source : lequotidiendumedecin.fr