Perdre du ventre pour plaire aux artères

Publié le 14/03/2012
1331743642332915_IMG_79780_HR.jpg

1331743642332915_IMG_79780_HR.jpg
Crédit photo : Phanie

Dans une étude de réduction pondérale pendant six mois, des chercheurs de John’s Hopkins (Kerry Stewart et coll.) observent que plus les participants perdent du poids, mieux leurs artères se portent, et en particulier récupèrent leurs capacités d’expansion.

L’effet de la perte de poids sur la fonction artérielle a été évalué chez 60 hommes et femmes, pesant en moyenne 107 kg, à l’aide d’un test de flux sanguin après constriction du bras pendant cinq minutes par un tensiomètre. Quand on lève la pression, une artère en bonne santé se dilate davantage, permettant le passage d’un flux sanguin plus abondant. On mesure la quantité de sang au bout des doigts, reflet du flux sanguin artériel. L’état des artères du membre supérieur, « donne une image de la santé des artères en tous endroits du corps », soulignent les auteurs.

La quantité de sang qui atteint les bouts des doigts est accrue par la perte du poids. L’état artériel s’améliore mieux et plus rapidement avec la réduction de la graisse abdominale, observent Stewart et coll.

On observe par ailleurs, que les participants mis au régime avec réduction des glucides perdent en moyenne 5 kg de plus et plus rapidement que ceux suivant un régime fondé sur la réduction calorique. « Au bout de six mois, les participants au régime de réduction glucidique ont perdu en moyenne 14 kg, contre 9 kg pour ceux au régime basses calories. » Toutefois, l’amélioration observée, si elle est dépendante du nombre de kilos perdus, et en particulier autour de la taille, est indépendante de la façon dont ils ont été perdus et du type de régime.

Dans le régime pauvre en glucides de l’étude, la provenance des calories provenait à 30 % du pain, des pâtes et de certains fruits, et à 40 % par les lipides provenant de la viande, des produits laitiers et des fruits oléagineux (noix…). Quant au régime de réduction des calories, il a consisté à ne pas dépasser 30 % des calories provenant des graisses et 55 % provenant des glucides.

Ces résultats sont convergents avec ceux présentés en juin 2011 à l’American College of Sports, ajoutant un effet bénéfique de l’exercice, dans un groupe de participants qui ont perdu leurs cinq premiers kilos.

Congrès de l’American Heart Association, San Diego.

 Dr BÉATRICE VUAILLE

Source : lequotidiendumedecin.fr