Un gros contentieux économique et politique

Paris-Rome : rien ne va plus  Abonné

Par
Richard Liscia -
Publié le 31/01/2019
i (à d.)

i (à d.)
Crédit photo : ANDREAS SOLARO

Il est un peu hasardeux de l'affirmer, mais il semble bien qu'Emmanuel Macron ait tiré le premier. La formation, dans des conditions parfaitement démocratiques, d'un gouvernement alliant Cinq étoiles (populistes) à la Ligue (extrême droite) a inspiré à notre président des propos peu amènes, de ceux que la presse peut faire mais qu'un chef d'Etat doit atténuer pour des raisons diplomatiques. Et, comme n'importe quel citoyen français, les deux larrons qui ont acquis le pouvoir, Matteo Salvini (Ligue) et Luigi di Maio (5 étoiles) lui ont répondu avec une causticité qui frisait l'insolence.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte