Parcours de soins, avenant 8, tiers payant : la CSMF remet les pendules à l’heure

Publié le 20/02/2013
1361383277412078_IMG_99600_HR.jpg

1361383277412078_IMG_99600_HR.jpg
Crédit photo : S. TOUBON

La Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) a parcouru ce mercredi devant la presse les dossiers chauds du moment. Remonté, le Dr Michel Chassang, président du syndicat, a mis les points sur les i sur l’avenant 8, le parcours de soins ou le tiers payant.

• Parcours de soins : la Cour des Comptes...et MG France taclés

La CSMF ne partage « absolument pas » l’interprétation de la Cour des Comptes sur la réforme du parcours de soins et du médecin traitant, très sévère, juge le Dr Chassang. « La Cour des comptes fait des amalgames inacceptables entre les déremboursements imposés aux patients via les franchises, qui n’ont rien à voir avec la convention puisqu’ils relèvent des lois de financement de la Sécurité sociale, et le parcours de soins », s’est agacé le médecin. Selon la CSMF, cette réforme a « permis une meilleure coordination entre les généralistes et les spécialistes » et a participé à la « revalorisation du généraliste dans sa fonction de médecin traitant coordonnateur du parcours de soins ».

Dans un récent communiqué, MG France a salué au contraire le rapport de la Cour des Comptes, jugé « précis, documenté, réaliste et utile ». Le président de la CSMF a dénoncé cette attitude.

• Avenant 8 : soutien au contrat d’accès aux soins

La CSMF veut recentrer le débat sur le contrat d’accès aux soins plutôt que sur la modération des dépassements d’honoraires. « C’est ce qui conditionnera la réussite ou l’échec de cet avenant, indique le

Dr Chassang. Que 200 ou 300 médecins soient sanctionnés pour dépassements excessifs ne changera pas le visage de notre système de santé, contrairement à ce contrat inespéré », cousin du secteur optionnel auxquels plusieurs milliers de médecins peuvent souscrire.

Pour le Dr Chassang, « ce n’est pas le moment de faire la fine bouche ». Les syndicats qui refusent de pousser les médecins à la contractualisation (UCDF, UFML...) ? Des « irresponsables ».

• Généralisation du tiers payant : une vieille lune

La CSMF y voit une fausse solution au problème des dépassements et de l’accès aux soins pour tous. « Plus les actes médicaux ont une valeur faible, plus le secteur II est attractif, plus les dépassements d’honoraires s’imposent, analyse le Dr Chassang. La seule façon d’inverser la tendance revient à revaloriser la valeur des actes médicaux ». La généralisation du tiers payant n’est qu’une « diversion » aux yeux du généraliste du Cantal. Il rappelle que seul le tiers payant social (pour les bénéficiaires de l’Aide à la complémentaire santé au sein du parcours de soins coordonné) est prévu par la convention médicale.

ANNE BAYLE-INIGUEZ

Source : lequotidiendumedecin.fr