Le festival de Cannes

Paraboles et fables  Abonné

Par
Publié le 22/05/2017
Cannes-Okja

Cannes-Okja
Crédit photo : NETFLIX

Arnaud Desplechin est un cinéaste intéressant (on oserait même le qualificatif, quasi insultant aujourd'hui, d'intellectuel). Choisir de placer son film en ouverture (hors compétition) en lieu et place d'un blockbuster américain avait du sens – surtout avec en vedette Marion Cotillard et Charlotte Gainsbourg. Sauf que « les Fantômes d'Ismaël », malgré de beaux moments, des scènes fulgurantes et un jeu d'acteurs au meilleur, manque de cohérence, voire de sens, à moins que l'on ne saisisse toutes les références et clins d'œil à un passé pas dépassé.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte