Transplantation rénale

Pallier la pénurie d’organes grâce aux donneurs décédés d’arrêt cardiaque  Abonné

Publié le 31/05/2012

EN FRANCE, la transplantation à partir de donneurs décédés d’arrêt cardiaque (DDAC) a débuté en 2007, avec seulement cinq centres réellement actifs car il s’agit d’une activité très consommatrice de temps, de moyens financiers et humains. Elle reste de ce fait encore marginale dans notre pays alors que, en Espagne, par exemple, elle représente pratiquement 30 % des greffes. Or nous attendons une augmentation de 30 % du nombre de greffes rénales, la liste des candidats étant de 10 000 en France.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte