Offre de soins francilienne : l’ARS et l’URPS main dans la main pour doper les installations

Publié le 21/10/2014

Inégalités entre les territoires, « vrais » déserts médicaux, départs non remplacés dans le nord-est de Paris, les 13e et 14e arrondissements... : pour répondre au déclin démographique, l’agence régionale de santé (ARS) et l’union régionale des professionnels de santé (URPS) d’Ile-de-France avaient signé des contrats pluriannuels d’objectifs et de moyens (CPOM) de trois ans, entrés en application en 2012. À l’heure du bilan, plus de 400 professionnels de santé ont bénéficié de conseils personnalisés, et 140 médecins ont assisté à des journées « découvertes ».

Dans le détail, deux CPOM sont consacrés aux nouvelles installations. Le premier a permis l’organisation de 14 demi-journées « découvertes afin de promouvoir l’exercice dans les huit départements d’Ile-de-France (opportunités, contraintes). Quelque 150 collectivités territoriales se sont impliquées.

Le deuxième instaure des permanences locales d’aide à l’installation, mensuelles, où les professionnels de santé peuvent bénéficier d’entretiens individuels et de réponses sur-mesure auprès de l’URPS, de l’ARS, des Ordres et de l’assurance-maladie. Plus de 160 permanences ont été organisées, 419 personnes ont été reçues, dont 185 médecins et 128 infirmiers. Le taux d’installation est de 72 %, celui de satisfaction, de 85 %.

1 080 cabinets de groupe recensés

Pour renforcer l’existant, un troisième contrat a permis de poser 25 diagnostics de l’offre de soins dans 6 départements. Dix ont abouti à un projet de territoire, qui s’est concrétisé par une maison de santé pluridisciplinaire ou un pôle de santé.

Enfin, un dernier CPOM a donné lieu à une photographie de l’exercice collectif en Ile-de-France. Quelque 1 080 cabinets de groupe ont été recensés, dont 300 ont été documentés. La très grande majorité (80 %) se déclare fragilisée dans les 3 à 5 ans à venir (30 % des médecins ont plus de 60 ans).

Le directeur général de l’ARS d’Ile-de-France, Claude Évin, et le président de l’URPS, le Dr Bruno Silberman, ont renouvelé pour 2015/2016 les deux CPOM destinés à favoriser de nouvelles installations. Les actions de communication à l’égard des jeunes internes et des remplaçants seront intensifiées.

D’autre part, l’accompagnement des cabinets de groupe sera développé (coopération, acquisition du statut de maison de santé pluridisciplinaire, mise aux normes).

Coline Garré

Source : lequotidiendumedecin.fr