Nouvelle manifestation contre les restructurations de l’AP-HP

Publié le 25/03/2011
1301062385240096_IMG_57425_HR.jpg

1301062385240096_IMG_57425_HR.jpg
Crédit photo : S. Toubon/«le Quotidien»

300 à 400 manifestants se sont rassemblés ce vendredi devant le siège de l’Assistance publique - Hôpitaux de Paris, rue Victoria, à l’appel de la CGT, SUD, CFTC et FO. Ils dénoncent le plan de restructuration de Mireille Faugère, la directrice, et la suppression de 3 500 postes. « C’est une attaque frontale contre l’hôpital public, la santé n’est pas une marchandise », accuse Marie-Christine Fararik, secrétaire générale de SUD Santé. « Nous exigeons que les restructurations violentes et incohérentes s’arrêtent », réclame pour sa part la secrétaire générale de l’Usap-CGT Rose-May Rousseau, pointant du doigt notamment le transfert du siège de la rue Victoria dans les locaux de l’Hôtel-Dieu, où ne subsisteront que les urgences de l’Unité médico-judiciaire et le service d’imagerie. « Mireille Faugère estime qu’une opération immobilière est plus importante que le maintien des emplois et la qualité des soins. »

Contrairement à lundi dernier, des médecins se sont joints au rassemblement, dont Patrick Pelloux, président de l’Association des médecins urgentistes de France. « Nous ne sommes pas contre le progrès, mais nous ne voulons pas d’une réforme qui supprime 100 000 lits en France. » Des praticiens du service de gériatrie de l’hôpital Dupuytren, dans l’Essonne, ont alerté contre la possible suppression de 240 lits de soins longue durée, actuellement hébergés dans des murs vétustes et qui devaient être transférés dans un autre bâtiment. « Benoît Leclercq ( l’ancien directeur) nous avait promis de nouvelles constructions pour accueillir ces lits mais à son arrivée, Mireille Faugère a tout remis en cause, c’est la porte ouverte à la fin de l’alternative publique au profit du privé », précise la praticienne attachée Anne-Lise Guenegou.

Une délégation d’une vingtaine de représentants syndicaux ont été reçus au siège de l’AP-HP dans la matinée.

 C. G.

Source : lequotidiendumedecin.fr